Alerte mail
Souscrire

EUR

L'immobilier ancien tourne à plein pour l'instant

LE FIGARO MAGAZINE - PAR JEAN-BERNARD LITZLER & JORGE CARASSO LE 26.06.2020


"Achats, visites et ventes ont redémarré immédiatement avec beaucoup de vigueur. Mais les interrogations demeurent pour les mois qui viennent.

ACTIVITÉ : ACHETEURS ET VENDEURS SONT PRÉSENTS EN MASSE

Certains ont pu craindre que la liberté de mouvement retrouvée ne débouche sur une période d’attentisme. Il n’en a rien été. Acheteurs et vendeurs ont repris leurs projets, en plus grand nombre qu’avant. « La reprise a été forte dans toutes les régions, se félicite Laurent Vimont, président de Century 21 France. Nos chiffres de juin 2020 seront supérieurs à ceux de juin 2019, qui était pourtant une année exceptionnelle. » Si l’envie de disposer d'espaces extérieurs semble largement se confirmer (avec une possible hausse des prix sur ce type de biens), on n’observe pas, pour l’instant, de ruée vers les campagnes, évoquée un moment durant le confinement. « Le besoin d’immobilier est toujours très présent, confirme Eric Allouche, directeur exécutif d’Era immobilier. Mais le gros de la demande n’a pas changé et reste concentré sur les zones tendues, notamment en région parisienne et à proximité des villes dynamiques. » Les vendeurs, eux aussi, sont présents et tentent de maintenir leurs prix dans un marché où l’offre reste inférieure à la demande.

DÉLAIS D’ACHAT ET DE VENTE : GARE À L’ENGORGEMENT

Si les visites et les négociations s’enchaînent à un bon rythme dans les agences immobilières, lorsqu’il s’agit de finaliser les transactions c’est autre chose. Les tensions nées durant le confinement entre notaires et agents immobiliers semblent vouées à se prolonger. Il est vrai que les études de notaires sont diversement digitalisées et que bon nombre d’entre elles sont aujourd’hui engorgées. D’autres délais administratifs devraient aussi compliquer les transactions immobilières : il est souvent difficile d’obtenir rapidement une déclaration d’intention d’aliéner (formalité nécessaire pour vendre un bien en zone de préemption, NDLR). Même chose pour décrocher un état daté, autre document indispensable, cette fois-ci pour vendre un bien situé dans une copropriété. Enfin, les banques ont très sensiblement augmenté le temps pour
étudier un dossier de crédit immobilier. Tous ces engorgements mis bout à bout montrent que la situation ne sera pas encore revenue à la normale en septembre.

RÉSIDENCES SECONDAIRES : UN RETOUR EN GRÂCE

Marché longtemps malmené, les résidences secondaires semblent se trouver une nouvelle clientèle. Plutôt que déménager purement et simplement au vert, une clientèle aisée craque pour une maison située à une distance raisonnable de sa résidence principale. « Nous avons beaucoup d’intérêt pour des biens de ce type autour de Sens, Compiègne, Chartres, Pacy-sur-Eure ou encore Marne-la- Vallée, souligne Laurent Vimont. Le confinement a poussé ces clients à l’achat pour vivre un peu différemment. Ils comptent notamment y passer des week-ends à rallonge grâce au télétravail. » Sur une vingtaine de ventes réalisées récemment autour de Chartres, le tiers concernait des Parisiens à la recherche d’une résidence secondaire.

LUXE : UN REDÉMARRAGE SOLIDE

À Paris et dans le croissant Ouest, depuis le 11 mai, les appartements de standing, de 1 million d’euros et plus retrouvent grâce aux yeux des acheteurs. «On a perdu des plumes pendant le confinement, mais on est étonné de la vigueur de la reprise », indique Charles-Marie Jottras, président du groupe Daniel Féau. Les vendeurs sont, eux aussi, de retour. Pour autant, le regain d’offres ne pèse pas sur les prix, pour les biens sans défauts tout du moins. En dessous des 2,5 millions d’euros, il y a traditionnelle ment beaucoup d’acheteurs pour peu de vendeurs. Les terrasses ou les jardins valent de l’or, bien plus qu’hier. « Après ces deux mois éprouvants, un tiers de nos prospects ont réorienté leurs recherches sur des biens avec un extérieur », indique Thibault de Saint Vincent, président du réseau Bames. Les appartements entachés de défauts (peu lumineux, rez-de-chaussée...) subissent de vraies décotes, de 5 à 10 %. Enfin, le marché de bord de mer connaît aussi un engouement rare, notamment la côte Atlantique. Les possibilités offertes par le télétravail n’y sont sans doute pas étrangères.

ACHETEURS ÉTRANGERS : UN COUP D’ARRÊT

Au-delà de 4 millions d’euros, le marché est à la peine. « Sur ce segment, 90 % des acheteurs sont étrangers. Or ils ne peuvent pas prendre l’avion », rappelle Thibault de Saint Vincent. Et, de manière générale, la clientèle étrangère a disparu quelle que soit la gamme de prix. Pour autant, l’intérêt demeure intact. Le site Christie’s, qui recense les offres du groupe Daniel Féau à l’étranger, a connu une hausse de sa fréquentation de 60 % ces dernières semaines. Les professionnels parient sur un retour de l’activité dès que les restrictions seront levée."



https://www.lefigaro.fr/


Retour

Nos dernières actualités

  • L'immobilier ancien tourne à plein pour l'instant

    26 juin 2020

    Lire la suite
  • L’immobilier haut de gamme reprend fort après la crise

    22 juin 2020

    Lire la suite
  • Immobilier : quelle reprise après le confinement ?

    25 mai 2020

    Lire la suite
  • Déconfinés, les acquéreurs dans le haut de gamme comptent reprendre leur recherche

    19 mai 2020

    Lire la suite
  • Impacts de la période de confinement sur l’immobilier haut-de-gamme

    19 mai 2020

    Lire la suite
  • Nos agences sont ouvertes à nouveau !

    19 mai 2020

    Lire la suite
  • Philippe Austruy

    17 juin 2020

    Lire la suite
  • Sibylle de Margerie

    3 août 2020

    Lire la suite
  • Hervé van der Straeten

    3 août 2020

    Lire la suite
  • Vente Paul-Louis Weiller

    6 avril 2020

    Lire la suite